lundi 30 janvier 2017

Vacances de Noël en vadrouille #2 - Var

Après avoir passé quelques jours au début des vacances de Noël du côté du territoire de Belfort, Maman Louve et ses louveteaux ont profité de la douceur du climat varois. Quel changement : nous avons laissé de côté gros manteaux, écharpes et bonnets pour faire le plein de soleil à Fréjus avec des températures printanières !

Voici un petit extrait de nos balades de la semaine...

Randonnée autour du Mont Vinaigre


Le Mont Vinaigre, du haut de ses 618 m, est le point culminant du massif de l'Estérel. Ce massif d'origine volcanique est constitué de rhyolite, qui lui donne sa magnifique couleur rouge.
Au XVIIIème siècle, cet endroit abritait l'une des caches de Gaspard de Besse, le "Robin des bois provençal".

Le but de cette randonnée était de trouver une partie des géocaches de la série #Autour du Vinaigre.
Après avoir pris la DN7 depuis Fréjus, nous avons quitté celle-ci au niveau du col du Testanier pour prendre la route du Malpey, et aller nous garer à côté de la maison forestière.

Il existe une route goudronnée interdite à la circulation qui permet de rejoindre facilement le sommet du Mont Vinaigre, mais la recherche des géocaches nous a menés sur une draille étroite et caillouteuse, serpentant à flanc de paroi, mais tout de même facilement praticable avec Petit Loup.
Le beau temps nous a permis de profiter pleinement des magnifiques panoramas tout au long de notre randonnée. Et c'est à la nuit tombée que nous avons retrouvé notre voiture, après 5 km de marche et 8 géocaches découvertes.

foret-domaniale-esterel
La forêt domaniale de l'Estérel

geocaching-arbre-esterel
Maman Louve dans un arbre perchée, toujours à la recherche d'une géocache

randonnee-mont-vinaigre
En chemin vers le Mont Vinaigre

panorama-foret-domaniale-esterel
Encore un joli panorama sur la forêt de l'Estérel

grand-loup-banc-randonnee-mont-vinaigre
Grand Loup fait une petite pause

petit-loup-signature-logbook-geocache-mont-vinaigre
Petit Loup signe également les logbooks des géocaches découvertes

panorama-mont-vinaigre-foret-domaniale-esterel
Maman Louve ne se lasse pas de ces beaux panoramas...

carte-randonne-mont-vinaigre
Notre parcours de 5 km, coloré en orange

Saint-Raphaël : de la plage au marché de Noël


La ville de Saint-Raphaël organise depuis 1996 les Fêtes de la Lumière : à cette occasion, des animations et des spectacles sont organisés tout au long du mois de décembre.
Maman Louve n'ayant pas étudié le joli programme proposé par la ville, la meute n'a eu qu'un tout petit aperçu des festivités organisées. Avec le peu de temps dont nous disposions ce jour-là, nous nous sommes laissés embarquer par la féerie des automates, avant de profiter du spectacle de l'étonnante danseuse de la boîte à ballet. Un petit tour qui nous a donné envie d'en découvrir davantage l'année prochaine...

Le beau temps nous a également permis de nous promener en bord de mer, le long de la page Beau-Rivage, dont nous apprécions beaucoup les aménagements : pelouse ombragée, aire de jeux et manège pour les enfants, promenade, mini-golf.

louveteaux-plage-beau-rivage-saint-raphael
Les louveteaux sur la plage Beau-Rivage

moyen-petit-loup-marche-noel-saint-raphael-ours
Moyen Loup et Petit Loup au marché de Noël

moyen-petit-loup-marche-noel-saint-raphael
Moyen Loup et Petit Loup au marché de Noël, devant les automates de l'Arctique

Et encore et toujours des géocaches !


C'est pendant ces quelques jours de vadrouille varoise que Maman Louve a déniché sa 600ème géocache, lors d'une belle promenade dans la forêt domaniale de la Colle du Rouët !!

maman-louve-geocaching-foret-rouet
Maman Louve avec sa 600ème géocache et son GPS entre les mains

lundi 9 janvier 2017

Vacances de Noël en vadrouille #1 - Bourgogne-Franche-Comté

Durant la première semaine des vacances de Noël, trois membres de la meute sont partis en vadrouille chez des amis dans le Nord-Est de la France, laissant Papa Loup à son travail et Moyen Loup chez sa Mamie et son Papy Loups.
Au programme de ces quatre petits jours de vacances : profiter de nos amis bien sûr, se régaler les yeux (et les papilles) au marché de Noël de Montbéliard et tenter d'aller se promener malgré le froid glacial...

Nous sommes allés deux fois au marché de Noël. Notre première visite, en fin d'après-midi, nous a permis de découvrir les fabuleux éclairages mettant en valeur tout le centre-ville de Montbéliard et de faire une balade gourmande parmi les dizaines de stands : gaufre au chocolat, beignets à la myrtille, têtes de choco, jus de framboise chaud, un vrai régal de douceurs...

petit-loup-gaufre-marche-noel-montbeliard
Petit Loup a apprécié sa gaufre au chocolat...

decoration-stand-marche-noel-montbeliard
Décoration du stand des têtes de choco

decoration-stand-marche-noel-montbeliard
Une autre décoration de stand

lumieres-manege-marche-noel-montbeliard
La patinoire, l'un des manèges et les arcades lumineuses surplombant les principales rues

village-lapon-marche-noel-montbeliard
La maison du Père Noël, entouré d'un village lapon de sculptures sur bois

sculpture-village-lapon-marche-noel-montbeliard
Une des sculptures du village lapon

creche-marche-noel-montbeliard
La crèche de Noël
Nous sommes retournés une autre fois au marché de Noël de Montbéliard, mais de jour cette fois-ci. Nos amis voulaient nous faire découvrir des spécialités régionales. C'est ainsi que Grand Loup, amateur de fromages, a goûté et regoûté à la cancoillotte, quant à Maman Louve, elle s'est régalée de friture de carpe. Mioum !
Après cette dégustations, nous avons été à la patinoire, qui était fermée lors de notre première visite. Maman Louve a chaussé des patins pour accompagner son Petit Loup sur la surface réservée aux plus petits, tandis que Grand Loup, accompagnés de ses amis, a patiné tant bien que mal sur la patinoire principale. 
Petit Loup étant bien fatigué de sa journée, nous avons dû malheureusement rentrer plus tôt que prévu. Mais avant de quitter le marché de Noël, nous n'avons pas résisté à la tentation de goûter à une boule de Berlin à la compote de pomme...

petit-loup-manege-marche-noel-montbeliard
Petit Loup fait du manège

decoration-stand-marche-noel-montbeliard
Détail d'une décoration de stand

stand-marche-noel-montbeliard
Stand du marché de Noël
vache-marche-noel-montbeliard
Une belle vache montbéliarde aperçue sur le marché

Au cours de notre escapade, nous avons bravé le froid pour passer un petit moment au bord du lac de Malsaucy. Ce plan d'eau artificiel de 55 hectares est situé sur le territoire de Belfort, et a été aménagé en base de loisirs. Il est connu pour accueillir le festival des Eurockéennes de Belfort chaque année au mois de juillet. Pour cet événement, plus de 100.000 spectateurs se rassemblent au bord du lac, mais à la fin du mois de décembre, nous n'étions pas plus de 10 sur le site.
Les enfants ont profité des diverses installations qui leur sont réservées, et Maman Louve a ensuite entraîné tout le monde à la recherche d'une géocache, avant de tous rentrer au chaud chez nos amis.

petit-loup-etang-veronne
Petit Loup au bord de l'étang de la Véronne, voisin du Malsaucy

grand-loup-etang-veronne
Grand Loup au bord de l'étang de la Véronne

petit-loup-jeux-lac-malsaucy
Petit Loup s'amuse :-)

plage-lac-malsaucy
Plage du lac de Malsaucy

Voilà la fin de cette petite vadrouille en région Bourgogne-Franche-Comté, une petite parenthèse bien trop courte, mais riche en moments de partage et d'amitié.
Toutefois, il faut l'avouer, nous étions tout de même bien contents de retrouver la douceur des températures varoises de retour chez nous...

vendredi 28 octobre 2016

Musée de la Préhistoire de Quinson

Durant les vacances de la Toussaint, le musée de la Préhistoire de Quinson organise des ateliers pour les familles. Au programme : apprendre à faire du feu, à chasser avec une sagaie ou un arc, ou encore à tailler les pierres comme les hommes préhistoriques.

L'atelier ayant lieu l'après-midi, nous avons profité de la matinée pour visiter le musée. Ce n'était pas la première fois que nous y allions, mais comme nous avons révisé la période de la Préhistoire ces dernières semaines, cela nous donnait l'occasion de concrétiser nos apprentissages.

louveteaux-entree-musee-prehistoire-Quinson
Les louveteaux devant l'entrée du musée

La Provence est peuplée par les Hommes depuis au moins 1 million d'années. Ces cinquante dernières années, plus de 60 sites archéologiques ont été fouillés dans le Verdon, mettant à jour des milliers d'objets témoins de cette longue période préhistorique : pierres taillées par centaines, outils, armes, céramiques, parures, mais également des ossements humains et animaux. C'est le fruit de ce travail considérable qui est présenté au musée de Quinson depuis 2001.

Dans le hall d'entrée du musée, des animaux préhistoriques ont été reconstitués en taille réelle ; le mammouth et le mégacéros en particulier ont impressionné les louveteaux.
Grand Loup a noté que l'un de ces animaux se rencontre toujours de nos jours. Saurez-vous retrouver lequel ?

grand-loup-animaux-prehistoriques-taille-reelle
Grand Loup devant les animaux préhistoriques reconstitués en taille réelle

La collection des objets préhistoriques se trouve à l'étage. De nombreuses vitrines exposant les objets retrouvés lors des fouilles des sites préhistoriques de la région, des panneaux explicatifs, des écrans interactifs et des dioramas se succèdent dans l'ordre chronologique rappelé par une frise murale.
Il y a également la reconstitution d'une grotte préhistorique située non loin du musée, la grotte de la Baume Bonne, où est présentée une scénographie expliquant l'histoire de celle-ci, de son utilisation par les hommes préhistoriques aux recherches archéologiques qui y ont été menées.

Maman Louve et Grand Loup ont pu profiter de la richesse de cette collection, mais les deux plus petits de la meute n'ont pas trop accroché. Nous avons trouvé qu'il manquait d'interactivité et d'outils pédagogiques pour capter l'attention des plus jeunes enfants.

cranes-australopitheques-musee-prehistoire-quinson
Crânes d'anciens hominidés

Homo-erectus-Provence
Reconstitution d'une scène de vie d'Homo erectus en Provence, il y a 700.000 ans

homo-sapiens-neolithique-provence
Reconstitution d'un village du Néolithique en Provence, 4.000 ans avant JC

Les enfants ayant faim, nous avons juste eu le temps de parcourir rapidement l'exposition temporaire consacrée aux Huaxtèques, un peuple méconnu du Mexique précolombien, avant d'aller nous installer sur les pelouses du parc tout proche du musée pour un pique-nique.

En début d'après-midi, direction le village préhistorique, pour une série d'ateliers.
L'animateur a commencé par nous expliquer la taille de la pierre et son évolution : galets aménagés, bifaces, racloirs... Les enfants ont pu manipuler les pierres taillées et émoussées, mais ils ont été un peu déçus de ne pas pouvoir s'essayer à la taille.

animation-taille-pierre-village-prehistorique
Les louveteaux regardent l'animateur expliquer les techniques de taille de pierre

Vient ensuite l'heure de partir à la chasse !  Deux cibles, un bouquetin et un rhinocéros, sont disposées sur des bottes de paille et tous les participants, parents et enfants, sont amenés à essayer de toucher l'une des cibles, armés tout d'abord d'une sagaie et d'un propulseur, puis d'un arc.
Toute la meute a pu s'entraîner, même Petit Loup avec un peu d'aide ! Activité très appréciée par tous les participants, en particulier Grand Loup qui adore le tir à l'arc !

moyen-loup-chasse-sagaie-propulseur
Moyen Loup s'essaie à la chasse à la sagaie avec un propulseur

maman-louve-chasse-arc
Maman Louve chasse le bouquetin à l'arc. Touché !

Enfin, l'animateur nous a montré comment faire du feu. Avec des matériaux trouvés le long du Verdon : roche dure (silex), minerai de fer (marcassite ou pyrite) et amadou (chair d'un champignon poussant sur les troncs d'arbre, l'amadouvier), il a mis moins de 5 minutes à obtenir une braise capable d'enflammer du foin contenu dans une demie coquille St-Jacques.
Les participants ont ensuite pu essayer une autre méthode pour obtenir du feu : en frottant deux morceaux de bois l'un contre l'eau à l'aide d'un archer. Un travail coopératif, puisqu'il faut être au moins 3 pour y arriver, et nous avons tous pu constater qu'il nous faudrait un peu plus d'entraînement pour être de parfaits hommes préhistoriques. Nous allons donc continuer à utiliser des allumettes qui sont tout de même plus pratiques...

Ces ateliers sont un excellent complément à la visite du musée et les louveteaux ne se lassent pas de les faire puisqu'on y participe au moins une fois par an.  

louveteaux-animation-faire-feu-percussion-village-prehistorique
L'animateur explique comment faire du feu par percussion

moyen-loup-feu-friction
Moyen Loup tente d'allumer un feu par friction... pas facile...

Un atelier familial est encore prévu le 2 novembre pour les personnes intéressées.
Sinon, tous les étés, des journées de la préhistoire sont organisées avec de nombreux autres ateliers pour tous au village préhistorique : archéologie, peinture rupestre, création de bijoux, tissage, cuisine, musique, etc.

mercredi 5 octobre 2016

Les porte-bébés en vadrouille

logo-semaine-internationale-portage-2016
Dans le cadre de la semaine internationale du portage qui a lieu cette année du 5 au 10 octobre, voici un article sur le sujet.
En effet, Petit Loup n'est pas encore un grand marcheur, alors quand la famille part en vadrouille, il faut souvent le porter. Si Papa Loup préfère le prendre sur ses épaules, Maman Louve, quant à elle, est une adepte du portage physiologique.

Qu'est-ce que le portage physiologique ?


C'est le fait de porter son enfant de façon respectueuse de sa physiologie, mais aussi de celle du porteur.

Pour le bébé tout-petit, cela signifie notamment qu'il doit être en position assis/accroupi, celle qu'il adopte naturellement quand on le tient contre soi : dos arrondi, bassin basculé avec les genoux remontés, tête dans l'axe de la colonne vertébrale ; et son dos doit être bien maintenu par le tissu du porte-bébé.

Pour le porteur, le mode de portage doit être confortable et ne pas occasionner de douleurs. Il faut veiller à bien régler son porte-bébé ou à bien tendre le tissu de son écharpe.
En portage ventral, le bébé doit être porté assez haut, à hauteur de bisous (sa tête au niveau du sternum du porteur).

Pourquoi porter son bébé ou enfant ?

Les avantages et les bénéfices du portage sont multiples (la liste ci-dessous étant loin d'être exhaustive) :
- créer du lien avec son bébé,
- favoriser la maturation physique et le développement général du bébé,
- avoir les mains libres pour s'occuper de la maison ou de la fratrie,
- en vadrouille, le porte-bébé prend beaucoup moins de place qu'une poussette et on peut se balader partout ou presque.

Avec quoi porter un Petit Loup en balade ?


Il existe de nombreuses façon de porter son p'tit loup, c'est pourquoi il peut être très utile de participer à un cours pour déterminer le mode de portage qui convienne le mieux à la fois au bébé et à son porteur. Ces ateliers de portage permettent de tester plusieurs moyens de portage (porte-bébés, écharpes, slings, etc) et d'apprendre à bien les utiliser, auprès d'une monitrice expérimentée.

Durant les premiers mois de Petit Loup, Maman Louve avait acheté une écharpe de portage de la marque Je Porte Mon Bébé (JPMBB), choisie pour sa souplesse et pour l'aspect pratique du nœud de base qui permet de mettre et d'enlever le bébé sans avoir à tout défaire (super quand il fait froid ou quand il pleut car Petit Loup est né au mois de janvier).
Puis, avec l'arrivée des beaux jours, Maman Louve a changé de système de portage car l'écharpe devenait trop chaude. Du coup, pour les petits trajets, Petit Loup était porté en petite écharpe sans nœud, le sling de la marque JPMBB et pour les balades, en porte-bébé physiologique de la marque Manduca.

petit-loup-sieste-tula-toddler-fox
Un des endroits que Petit Loup préfère pour faire la sieste !
Quand Petit Loup a grandi, à partir de 12-13 kg environ, il a fallu à nouveau changer de moyen de portage car le sling et le Manduca devenaient vraiment très inconfortables pour Maman Louve.

Pour les grands bambins qui ont encore besoin d'être portés comme Petit Loup, il existe des porte-bébés physiologiques adaptés, avec un tablier plus haut et une assise élargie. Plusieurs marques en proposent, mais le choix de Maman Louve s'est porté sur un Tula toddler. Pourquoi ce choix ? En raison des conseils donnés par d'autres utilisatrices, mais aussi des superbes coloris proposés par cette marque.
Grâce au Tula toddler, Maman Louve a pu reprendre les grandes balades avec ses louveteaux. Et c'est désormais ce porte-bébé qui suit la meute dans toutes ses vadrouilles !


      

Pour en savoir plus :

jeudi 22 septembre 2016

Slovénie : Bilan et ressources

gorges-vingtar-slovenie
Vingtar

Notre impression générale sur la Slovénie


La Slovénie est un pays proche de la France et pourtant plutôt méconnu, alors que c'est, d'après notre récente expérience, une destination de vacances en famille idéale en fourgon. 
Nous avons vraiment apprécié la diversité et la beauté des paysages : lacs, montagnes, forêts, grottes... ainsi que la tranquillité et la propreté des endroits que nous avons visités. Nous n'avons pas eu de soucis avec le fourgon pour trouver des endroits où passer la nuit, et les campings étant loin d'être remplis, faire les vidanges et le remplissage de la cuve d'eau du fourgon a été facile.
Le seul gros bémol de notre séjour a été la météo qui nous a empêchés de faire les observations naturalistes que nous espérions tant, notamment les ours...

Nos sites coups de cœur 


Voici notre top 5 des visites que nous avons les plus appréciées durant notre premier séjour en Slovénie :
- la randonnée sur le plateau de Velika Planina
la visite des grottes de Skocjan
- la promenade dans les gorges de Vingtar
la découverte de la capitale Ljubljana
- la visite de la grotte de Postojna

Pour Grand Loup : "C'était bien de voyager en fourgon, surtout quand il y a eu la neige et quand on a visité les grottes. J'ai aimé me balader dans les Alpes et prendre la télécabine et le télésiège."
Et Maman Louve rajoute : "... et manger une part de Kremšnita" !


louveteaux-kremsnita-bled-slovenie


Législation routière


Quelques obligations à connaître afin de pouvoir rouler sur les routes slovènes l'esprit tranquille :
- le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour tous les passagers ;
- les enfants doivent être attachés dans un siège-auto adapté jusqu'à l'âge de 12 ans ;
- l'allumage des feux de croisement est obligatoire tout le temps ;
- avoir un triangle de présignalisation et une trousse de secours à bord du véhicule est obligatoire ;
- pour circuler sur l'autoroute, l'achat d'une vignette est obligatoire. Elle coûte 15 euros par semaine pour les véhicules de moins de 3,5 T ;
- les limitations de vitesse sont les mêmes en Slovénie qu'en France.

Quelques mots de slovène


Même si dans les zones touristiques, savoir parler anglais suffit, il est toujours apprécié par les Slovènes de connaître quelques mots de leur langue.
- bonjour = dober dan
- au revoir = nasvidenje (nasvidényé)
- s'il vous plaît = prosim (prossime)
- merci = hvala
- oui = ja (ya)
- non = ne ()

drapeau-slovenie

Nos ressources

Voici la liste de quelques ressources qui nous ont été bien utiles pour préparer notre voyage en Slovénie :

> Sur papier :


- Le guide de la Slovénie de Lonely Planet
- Une carte routière générale de la Slovénie
- Un guide indiquant les meilleurs sites pour voir les oiseaux en Europe de l'Est (en anglais) "Birding in Eastern Europe"
- Et nous pouvons également rajouter à notre liste ce livre de Philippe Doré qui nous a bien fait rêver avant de partir, "Brèves histoires d'ours et autres bêtes en Slovénie"

   

> Sur le Net :


I Feel Slovenia : portail touristique officiel de l'office du tourisme slovène

Slovénie secrète : super blog d'un journaliste français vivant depuis plusieurs années à Ljubljana, une vraie mine d'or !

La bougeotte en famille : compte-rendu très complet d'un roadtrip en Slovénie fait en 2013

Campercontact : plus de 20.000 aires de services et de stationnement pour camping-cars référencées en Europe, et donc en Slovénie. Les POI peuvent être téléchargés par pays.

dimanche 11 septembre 2016

Je géocache, tu géocaches, nous géocachons !

Certains d'entre vous ont pu constater, en lisant le compte-rendu de nos vadrouilles, que Maman Louve a une grande passion : le géocaching !
En effet, Maman Louve adore les chasses au trésor et  les jeux de piste depuis longtemps. Avant d'être équipée d'un smartphone, elle recherchait des cistes (le principe est le même sauf que les boîtes se trouvent en résolvant des énigmes plus ou moins difficiles), mais avec trois louveteaux, la recherche de géocaches s'est vite avérée plus accessible pour toute la famille.

Voici donc un petit article de présentation de cette activité pour les néophytes en la matière.

logo-geocaching

Le géocaching, késako ?
C'est un jeu qui consiste à trouver des boîtes (ou géocaches) dissimulées par d'autres joueurs un peu partout dans le monde, grâce au système de géopositionnement par satellites, ou GPS de son petit nom.
Dans chaque géocache, se trouve au moins un logbook, c'est-à-dire un carnet ou un morceau de papier où les géocacheurs peuvent inscrire leur pseudo et la date de leur découverte, s'ils parviennent à mettre la main dessus (ce qui n'est pas toujours facile, loin de là...). Quand la boîte est assez grande, on peut également y trouver des petits objets à échanger.

Un peu d'histoire...
La première géocache a été posée par Dave Ulmer dans l'Oregon le 3 mai 2000, quelques jours après l'autorisation de la diffusion des signaux GPS pour les civils (avant cette date, seule l'armée pouvait s'en servir).
Seize ans plus tard, plus de 2 millions de géocaches actives sont dissimulées sur la Terre, et il en existe même une dans l'espace, à bord de l'ISS (GC1BE91) !!

De quoi j'ai besoin pour commencer ?
Seulement deux accessoires sont nécessaires pour les débutants : un smartphone et un stylo !
Avant de partir à la recherche de votre première géocache, il vous suffit d'aller vous inscrire gratuitement sur le site officiel du géocaching.
Une fois votre compte créé, vous devez télécharger une application sur votre smartphone pour visualiser sur le terrain les caches que vous souhaitez chercher. Il existe une application officielle, mais Maman Louve utilise c:geo, application gratuite, uniquement disponible sur Android par contre.
Un petit conseil : au début, mieux vaut chercher des caches avec une faible cotation en difficulté et en terrain.
Si vous arrivez à trouver la géocache, vous n'avez plus qu'à vous inscrire sur le logbook (d'où l'utilité du stylo !) puis à enregistrer votre découverte sur la page de la cache.

Le jargon du géocacheur
Il existe un vocabulaire spécifique utilisé couramment par les géocacheurs et qui peut décontenancer les néophytes. En voici un aperçu :
Moldus (ou géomoldus) = personnes qui ne jouent pas au géocaching (en référence à Harry Potter !) ;
MPLC = Merci Pour La Cache / TFTC = Thanks For The Cache ;
FTF = First To Find et sa version française moins utilisée PAT = Premier A Trouver ;
TB = Travel Bug, c'est un objet voyageur généralement chargé d'une mission par son possesseur et qui doit être transporté de cache en cache par les géocacheurs.

geocache
Voici une géocache
tortue-hermann
En cherchant des boites, nous faisons parfois des rencontres sympas !

louveateaux-geocaching
Les petits louveteaux avec notre 500ème géocache trouvée dans les mains !
Pour quelles raisons se mettre au géocaching ?
- C'est une activité de plein air conviviale à pratiquer en famille ou entre amis ; 
- Certaines caches permettent de découvrir des merveilles naturelles, historiques ou architecturales ;
- Utiliser un GPS, et souvent une carte de randonnée, permet d'apprendre à s'orienter en ville ou en milieu naturel de façon ludique...
N'hésitez pas à indiquer en commentaire quelles sont vos propres motivations à la pratique du géocaching  !

Si vous voulez en savoir plus, voici quelques liens :
- Article sur le géocaching sur Wikipédia
- Site France Geocaching
- Site des Geocacheurs
- Forum Geocaching France

Et il existe également un guide parfait pour les débutants, le "Petit manuel de Geocaching" que les louveteaux apprécient beaucoup :

jeudi 8 septembre 2016

Slovénie - printemps 2016 #11

Samedi 7 mai - Après notre dernière nuit en Slovénie, nous faisons route vers l'ouest en vue d'une promenade autour du village de Beca.
La route indiquée sur la carte du coin se trouve être, comme nous l'avons souvent constaté en Slovénie, un chemin de terre assez étroit par endroit, alors nous laissons vite le fourgon par peur de nous retrouver en mauvaise posture et nous continuons à pieds. 
Le soleil brille pour le moment et nous partons à la recherche de reptiles au bord des prairies calcaires. Malheureusement, le bord du chemin est clôturé et nous ne pouvons pas explorer les prairies de façon efficace, mais nous avons quand même la chance de pouvoir observer et photographier plusieurs lézards ainsi que des orchidées.


rucher-camion-beca-slovenie
Rucher-camion

podarcis-melisellensis-beca-slovenie
Dalmatian wall lizard (Podarcis melisellensis), un cousin slovène de notre lézard des murailles

cephalanthera-longifolia-beca-slovenie
Orchidée sauvage : Céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia)

moyen-loup-fourgon-beca-slovenie
Moyen Loup sur un fourgon perché...

petit-loup-beca-slovenie
Yeah !!
Après le repas de midi, pris dans le fourgon, le temps tourne à l'orage et les premières gouttes de pluie tombent sur nous.
Nous reprenons la route pour la grande ville de Koper, tout près de l'Italie, pour faire le plein d'essence et observer quelques oiseaux dispersés sur une lagune protégée, qui se trouve au beau milieu de la zone industrielle. Après seulement quelques minutes, l'orage est déjà sur nous... Il est temps pour nous de quitter la Slovénie. Nous passons la frontière italienne vers 15h30 sous des trombes d'eau, comme à l'aller...
Après une nuit passée dans un camping en Italie, nous arrivons dans notre chez-nous dans l'après-midi.
Un peu moins de 3000 km parcourus dans notre tanière mobile et de beaux souvenirs plein la tête...